www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 65

Navigation

Vous êtes actuellement : Bilingüe Occitan 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
4 mai 2021

Vote de la loi « langues régionales ». Des collègues syndiqués à la FSU interpellent leurs directions syndicales

Chers amis et collègues responsables FSU, SNES, SNUIPP.

Enseignants syndiqués à la FSU, nous tenons à remercier notre fédération et ses syndicats de leur engagement en faveur de l’enseignement de l’occitan et des autres langues de France à l’école publique.

Ce soutien se traduit notamment par un beau travail lors des Conseils académiques des langues régionales, par un suivi des postes et des situations de travail des collègues.

Il s’est aussi traduit par la participation à l’action du 10 octobre 2020 de Montpellier à l’appel du collectif « pour que vivent nos langues » et par de nombreuses signatures de responsables syndicaux pour soutenir cette action http://www.felco-creo.org/07-10-20-action-du-10-octobre-2020-mobilisation-pour-que-vivent-nos-langues-soutiens-syndicaux/.

C’est notamment grâce au travail du collectif « POUR QUE VIVENT NOS LANGUES » que l’Assemblée Nationale a adopté la Loi de Protection patrimoniale et promotion des langues régionales.[1]

Certes ce texte n’est pas parfait, mais il est, 70 ans après la loi Deixonne, l’occasion d’un vrai débat de société, que nous souhaitons voir poursuivi dans notre fédération et nos syndicats, sur le rôle éducatif de nos langues régionales, élément du patrimoine national (art. 75-1 de la Constitution) et leur place dans l’école de la République.

Le vote de ce texte aura aussi été un moment de désaveu pour notre ministre et ce même de la part de sa propre majorité (son premier échec dans l’Hémicycle depuis sa prise de fonction) !

Après cette leçon de démocratie, où le législatif a rappelé à l’exécutif ce qu’était la séparation des pouvoirs, qui pourrait encore douter de l’utilité publique des langues de France ?

Concrètement le texte nous offre deux avancées pour l’enseignement public

– L’enseignement de l’occitan et des autres langues régionales sera – en principe – inscrit dans les horaires normaux : article 3 : « Sans préjudice des dispositions de l’article L. 312 11 1, dans le cadre de conventions entre l’État et les régions, la collectivité de Corse, la Collectivité européenne d’Alsace ou les collectivités territoriales régies par l’article 73 de la Constitution, la langue régionale est une matière enseignée dans le cadre de l’horaire normal des écoles maternelles et élémentaires, des collèges et des lycées sur tout ou partie des territoires concernés, dans le but de proposer l’enseignement de la langue régionale à tous les élèves. »

– Il sera désormais possible d’utiliser des approches immersives au sein de l’Education Nationale, ce qui permet à l’Ecole PUBLIQUE d’occuper un nouveau terrain qui jusqu’alors n’était possible que dans l’enseignement associatif de statut privé (Calandreta, Bressòla, Diwan, Ikastola…).

– Comme le disent nos camarades bretons de la FSU qui viennent de publier un communiqué https://bretagne.fsu.fr/wp-content/uploads/sites/32/2021/04/CP-FSU-Loi-Molac.pdf, sans moyens, ce texte montrera ses limites, et risque de mettre nos collègues en porte-à-faux dans les établissements où sont menacés classes et enseignements optionnels. Sans augmentation de postes aux concours, les mesures envisagées, notamment l’augmentation de l’offre d’enseignement, ne pourront être mises en œuvre.

C’est là qu’à nos côtés, nos syndicats FSU auront leur rôle à jouer.

Dans les académies de Toulouse et Montpellier cependant, grâce à la signature récente de la convention Rectorats / Région / Office Public de la Langue Occitane (OPLO) e OPLC pour le catalan, une dynamique nouvelle se met en place pour le développement de notre enseignement. Souhaitons que cet exemple soit suivi ailleurs.

Nous appelons de nos vœux un engagement public de nos syndicats et de notre fédération pour que cette volonté politique manifestée doublement par la loi récemment adoptée et par la mise en place de la convention.

Ainsi il nous semble qu’un communiqué public serait, pour la FSU et pour ses syndicats, une manière de manifester leur engagement auprès des collègues concernés.

 

24 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 65, tous droits réservés.