www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 65

15 octobre 2011

Quelques réflexions sur l’apprentissage précoce d’une langue vivante

Le ministre de l’éducation nationale ayant proposé de démarrer l’apprentissage d’une langue vivante dès la maternelle, le SNUipp a sollicité Michel Candelier et Françoise Leclaire, de l’Université du Maine, spécialistes de la didactique des langues.

Michel Candelier, professeur à l’Université du Maine, masters didactique des langues et formation enseignants du premier degré.

Françoise Leclaire, PE, rééducatrice en psychopédagogie, co-responsable du parcours "plurilinguisme et école" du master enseignement du premier degré, Université du Maine.

L’apprentissage des langues dès l’âge de trois ans a-t-il un sens ?

MC La proposition du Ministre s’inscrit dans une longue tradition qui postule que plus on commence jeune, plus l’apprentissage d’une langue est efficace. Les bilans des études empiriques scientifiquement menées montrent que ce postulat est erroné en ce qui concerne les apprentissages à l’école, sauf à mettre en place des conditions qui relèvent de l’immersion intensive, proches de l’acquisition dans la famille, qui demandent des moyens que l’école pour tous n’est pas près de recevoir !

FL Pour que cet apprentissage fasse sens, il doit s’inscrire dans la vie de la classe et permettre de construire une cohérence entre les différents apprentissages. C’est ce que permet une approche comparative, connue sous le nom d’éveil aux langues. Elle vise à développer les compétences de discrimination, de repérage des formes et fonctions du langage ainsi que la curiosité et le plaisir de jouer avec les mots et les sonorités. Le détour par des langues inconnues permet de se centrer sur la forme sans être « parasités » par le sens (cf. Gombert : train/locomotive), de prendre la langue comme objet d’étude, facilitant l’entrée dans l’écrit. On développe une attitude favorable à la découverte de l’altérité, à l’apprentissage des langues.

MC La classe, c’est aussi, de plus en plus souvent, la présence d’enfants parlant une autre langue à la maison. Ce qui importe d’abord, c’est de tirer un profit pédagogique de cette richesse, pour tous les élèves, en valorisant les compétences de chacun et en lui permettant de faire des ponts entre sa langue et le français. Et il faut cesser d’inciter les parents à abandonner leur langue à la maison. C’est dans cette langue qu’ils peuvent le mieux aider l’enfant à construire sa faculté de langage et son rapport à l’autre.

FL Sans les jeux de mots, les chants, il ne reste à l’enfant qu’une langue vidée de substance. Les parents ne peuvent transmettre que ce qu’ils sont ; abandonner sa langue, c’est abandonner sa culture, c’est rompre la transmission et empêcher l’enfant de s’inscrire dans sa lignée. De plus on sait que le développement des compétences dans sa langue d’origine favorise les compétences méta-linguistiques, méta-cognitives, la faculté d’abstraction et une meilleure flexibilité cognitive.

MC Sans compter que le travail sur la diversité des langues est un moyen d’assurer l’ouverture à l’autre, là où certaines approches interculturelles trop fixées sur la différence les « coutumes » peinent à éviter le renforcement des stéréotypes.

Mais comment mettre en pratique une telle approche ?

FL Tout enseignant peut s’engager dans ce travail, sans être expert en langues. Travailler sur les « bonjours de la classe », écouter une histoire en langue inconnue et prélever des indices pour comprendre sont des activités propices à développer les compétences visées. Cette approche permet donc :
- d’aborder la pluralité des langues à partir d’un vécu, d’une réalité proche des élèves
- d’impliquer les parents dans la vie de l’école et de valoriser les langues indépendamment de leur statut.

- Des sites proposent des activités http://www.edilic.org/fr/fr_index.php ?xtref=http://www.snuipp.fr/Quelques-reflexions-sur-l.

- Un fascicule « Langues du monde au quotidien, Cycle 1 » sera publié par le SCEREN en 2012, complétant les fascicules Cycle 2 et Cycle 3.

- Université du Maine :

. Formations en ligne : http://fle.univ-lemans.fr/

. Formation en ligne à l’éveil aux langues : http://div.univ-lemans.fr/

- Association EDiLiC :

3ème CONGRES EDiLiC - Lausanne, 5-7 juillet 2010 : http://www.hepl.ch/index.php ?id=1198

- Le CARAP (CELV, Conseil de l’Europe, Graz) :

Le projet CARAP : http://carap.ecml.at/Projectdescription/tabid/406/language/fr-FR/Default.aspx

 

46 visiteurs en ce moment

*Top


- SNUipp 65 BP 841 65008 Tarbes cedex

- tel 05 62 34 90 54

- fax 05 62 34 91 06

-  email : snu65@snuipp.fr

n’hésitez pas à nous envoyer vos questions par écrit, vous garderez ainsi une trace des réponses que nous vous aurons adressées.


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 65, tous droits réservés.