www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 65

Documents joints


  • Déclaration préalable grève 10 fev 2011
    Word - 40 ko
    Télécharger

  • Déclaration préalable grève 10 fev 2011
    opendocument text - 20.7 ko
    Télécharger

  • grève du 10 02 lettre parents
    PDF - 39.5 ko
    Télécharger
14 mars 2011

Grève et rassemblement

Manif unitaire et départementale le samedi 19 mars, 10h30, place de la mairie. Soyons nombreux !!!

TARBES place de la Mairie, mercredi 16 février à 17h .

En cause, le budget de l’Education nationale, qui, à coup de milliers de suppressions de postes, construit un projet éducatif préférant la réussite de quelques-uns à celui de la réussite de tous. Ces coups de ciseaux ne peuvent qu’accentuer le phénomène français souligné par PISA d’aggravation des inégalités sociales à l’école.

Dans le primaire, ce seront 8 967 postes qui sont appelés à disparaître alors que plus de 8 000 élèves supplémentaires sont attendus à la rentrée : RASED, maternelles, remplacements, enseignants supplémentaires en éducation prioritaire, la chasse aux « gisements d’emplois » est ouverte. Et, comme ça ne suffit pas, on va augmenter les effectifs par classe, fermer des classes ou regrouper des écoles rurales. Le discours du Ministre sur l’élargissement de l’enseignement des langues vivantes aux enfants de 3 ans confine à l’absurde alors qu’à ce jour la généralisation n’est pas achevée dans l’élémentaire et que près de 800 postes seront prélevés sur les intervenants en langues vivantes. Les directeurs d’école sont également les premières victimes de ces coupes aveugles. Dans de nombreux endroits, l’aide administrative à la direction d’école n’est pas renouvelée. Le temps de décharge accordé aux directeurs pour le fonctionnement de l’école est revu à la baisse.

Le budget de l’Education nationale se réduit d’année en année, mais cet âne n’est pas bien gras comme le souligne l’OCDE qui relève que l’investissement de la France dans le primaire est déjà de 15% inférieur à celui de la moyenne des pays membres de l’organisation.

Le moment n’est pas venu de se démobiliser. Le SNUipp.FSU s’est engagé dans une démarche unitaire pour construire la mobilisation la plus large. Aujourd’hui, c’est l’avenir de l’Ecole de la réussite de tous qui est remis en question. Le SNUipp.FSU demande avec ses partenaires du collectif "l’éducation est notre avenir" l’abandon des 16000 suppressions d’emplois programmées à la rentrée prochaine, le vote d’un collectif budgétaire par le parlement, l’ouverture de négociations avec les organisations syndicales et l’ouverture du dialogue avec les partenaires que sont les Elus, les Parents d’Elèves et les associations complémentaires de l’école, en partant des besoins réels de celle-ci pour permettre un enseignement de qualité. Pour la réussite de tous les élèves, où qu’ils soient, quels qu’ils soient.

L’Education nationale a besoin d‘un budget porteur d’un projet de transformation de l’école. La maternelle, l’éducation prioritaire et la formation professionnelle des enseignants sont des leviers essentiels pour une meilleure réussite des élèves.

Dans cette situation d’urgence, l’école ne peut attendre !

Les photos de la manif du jeudi 10 février : nous étions un millier dans les rues de Tarbes pour protester contre la fermeture de 51,5 postes dans notre département (26,5 dans le 1er degré et 25 dans le 2d degré) !!!!

 

7 visiteurs en ce moment

*Top


- SNUipp 65 BP 841 65008 Tarbes cedex

- tel 05 62 34 90 54

- fax 05 62 34 91 06

-  email : snu65@snuipp.fr

n’hésitez pas à nous envoyer vos questions par écrit, vous garderez ainsi une trace des réponses que nous vous aurons adressées.


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 65, tous droits réservés.