www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 65

18 juin 2009

Compte-rendu du groupe de travail "Maîtres Formateurs"

Ce groupe de travail s’est tenu lundi 15 juin à la suite des demandes répétées du SNUipp depuis le premier trimestre.

MEN : JL Nembrini, R Macron ; une invitation avait été adressée à P. Hetzel pour envoyer un observateur.

Organisations Syndicales : SNUipp, SGEN, SE.

Pour le MEN, il s’agit de discuter de l’avenir des MF dans le cadre de la formation initiale et continuée et continue. Le directeur de la DGESCO a affirmé que les compétences des maîtres formateurs sont reconnues et indispensables dans le cadre de la mise en place du nouveau dispositif.

Le SNUipp regrette l’absence du MESR (Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche) à cette réunion.

Il insiste pour que ce groupe de travail débouche sur des engagements clairs et forts, sur les points suivants :

- maintenir les postes de maîtres formateurs : malgré la diminution du nombre de PE2 le nombre de maîtres formateurs doit être maintenu voire augmenté. Le projet de cadrage des stages en première et deuxième année de master, comme celui sur la formation continuée montrent les besoins importants en formateurs de terrain, sur tout le territoire et pas seulement là où sont implantés les sites universitaires.

- faire évoluer le cadre des missions des MF pour qu’ils interviennent à 2 niveaux :

- en formation professionnelle pendant le master : sur les stages (préparation, suivi, bilan et analyse de pratiques), mais aussi pour des interventions dans les modules de master, en tant que professionnels ; le SNUipp précise que le projet de circulaire sur le cadrage des stages est très insuffisant quant au rôle et à la place des MF, jamais cités nommément, mais seulement comme des référents.

- en formation continuée et continue, tout particulièrement en participant à la formation des fonctionnaires stagiaires dans le cadre du 1/3 de service dévolu à la formation pendant l’année qui suit la réussite au concours.

- maintenir, a minima, l’organisation de leur service tel que décrit dans la circulaire de 2008, sous la responsabilité des IUFM, en accord avec les universités et les IA.

- réfléchir à l’examen du CAFIPEMF, à sa reconnaissance universitaire, ainsi qu’à la rémunération des MF.

Le ministère s’est engagé à mener la réflexion sur les points suivants :

- le maintien des MF en tant que formateurs dans les dispositifs : les maquettes doivent faire apparaître leurs compétences professionnelles et l’intérêt qu’ils participent aux formations ;

- les missions notamment en ce qui concerne l’encadrement des stages, et dans le cadre d’une réflexion élargie aux CPC ;

- l’intervention dans un module de master : le ministère s’interroge sur la faisabilité, cela dépend fortement de l’université ;

- le maintien du nombre de postes : si aucune assurance n’est donnée le MEN n’exclut pas que le maintien soit nécessaire, voire insuffisant ;

- le recrutement de MAT : le déficit éventuel en MF pour l’ensemble des stages proposés aux différents niveaux de la formation ne saurait être compensé par un recours massif aux MAT. Une différenciation pourrait être opérée en fonction de la nature des stages : les stages d’observation pourraient être confiés à des MAT, les autres stages (pratique accompagnée et en responsabilité) nécessiteraient des personnels qualifiés, donc des MF.

La prochaine réunion (25 juin) sera consacrée à l’étude de la circulaire de 1995 et aux évolutions, aux modifications éventuelles à y apporter.

 

17 visiteurs en ce moment

*Top


- SNUipp 65 BP 841 65008 Tarbes cedex

- tel 05 62 34 90 54

- fax 05 62 34 91 06

-  email : snu65@snuipp.fr

n’hésitez pas à nous envoyer vos questions par écrit, vous garderez ainsi une trace des réponses que nous vous aurons adressées.


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 65, tous droits réservés.