www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 65

10 mars 2009

Mobilisations les 11 et 19 mars : ça repart

Les enseignants sont invités à se mobiliser : le 11mars lors de la journée de manifestations organisées partout en France pour imposer une autre politique éducative ; le 19 mars lors d’une journée interprofessionnelle où tous les syndicats appellent à la grève.

La journée de mobilisation interprofessionnelle aura bien lieu. Les huit syndicats et à leur suite, les fédérations de l’éducation ont confirmé que le jeudi 19 mars « donnera lieu à des grèves et des manifestations dans tout le pays ».

Pour les syndicats unis, le sommet social du 18 février n’a conduit qu’à « une légère inflexion sociale » au plan de relance gouvernemental. Les nombreux manifestants du 29 janvier dont 200 000 enseignants en grève n’ont pas été entendus. « Les mesures sont trop parcellaires pour modifier le cap économique », ont jugé les syndicats.

Pas d’augmentation du Smic, pas de retour sur la défiscalisation des heures supplémentaires et pas de changement de politique dans la Fonction publique où 30 000 suppressions de postes sont prévues pour 2009. La ligne politique et économique reste donc la même. Peu importe la situation exceptionnelle de crise, les 90 200 chômeurs supplémentaires pour le seul mois de janvier, la multiplication du chômage partiel qui touche une fois de plus les plus fragiles.

On note même une vraie cohérence dans l’absence de mesures en faveur de l’emploi public ou des salaires, vecteurs possibles pour une autre relance économique et sociale. « Embaucher, c’est une mauvaise réponse » a clamé Eric Woerth, ministre du Budget. Il n’a rien voulu savoir sur une immédiate revalorisation du point d’indice demandé par les fédérations de la Fonction publique. Sans complexe, le ministre a fait dans la prophétie. « Le pouvoir d’achat des fonctionnaires va augmenter cette année puisque l’inflation va être beaucoup plus faible » .

Ces orientations de « justice » comme l’ont répété les membres du gouvernement à travers les médias depuis le 18 février n’ont pas convaincu l’opinion publique comme en témoigne la nouvelle baisse de confiance du chef de l’Etat dans les sondages. Et pour cause. A force de laisser les plus fragiles sur le côté, les Français doutent. Une récente enquête de l’IFOP indique que « 63 % des Français estiment que les suppressions de postes dans l’Education nationale affaiblissent le système éducatif ». Les opérations de carte scolaire qui ont cours dans les départements montrent que les conditions d’apprentissages des élèves et d’exercice des enseignants seront dégradées à la rentrée prochaine : scolarisation à 2 ans en chute libre, effectifs des classes en hausse, moyens de remplacement à la baisse et formation continue en voie de d’extinction, suppressions de postes RASED, appauvrissement de l’école avec la suppression des MAD…

Ce souci d’économie continue de désorienter une école où le climat de tension et de défiance se propage comme le montre la diversification des mouvements de contestation. A ce jour, par exemple, il y a plus de 2 100 enseignants qui refusent d’appliquer certaines mesures ministérielles comme les nouveaux programmes ou l’aide personnalisée.

A coup sûr, la journée de grève du 19 mars sera l’occasion d’amplifier les mobilisations pour porter d’autres propositions pour l’école, ses personnels et tous les salariés. Une journée qui ne sera pas sans suite.


11 mars : la FSU manifeste

La FSU « appelle l’ensemble des personnels de l’éducation à faire du 11mars une journée de manifestations partout en France pour imposer une autre politique éducative, avec un service public de l’éducation qui assure la réussite de tous ». Une journée destinée à préparer la mobilisation interprofessionnelle du 19 mars.

19 mars : l’appel des organisations syndicales …

Unis, les 8 syndicats appellent à poursuivre les actions interprofessionnelles en faisant du19 mars « une journée de grèves et de manifestations dans tous le pays ». Au cœur des revendications « l’emploi public et privé, le pouvoir d’achat de tous, la lutte contre la précarité, la protection sociale et les services publics » .

…et de l’éducation

Toutes les fédérations de l’éducation se joignent à l’appel du 19 mars pour une autre politique éducative. Concernant le premier degré, le SNUipp demande au ministère un autre budget qui favorise la réussite de tous les élèves : développement de la maternelle, maintien des postes de RASED et MAD [2],création de postes pour faire face à la hausse des effectifs, réexamen de la réforme de la formation des enseignants, revalorisation du métier.

La carte scolaire mobilise

Les annonces de carte scolaire ont mobilisé une majorité de départements durant les premiers mois de 2009. Tour d’horizon non exhaustif des diverses formes d’actions : grève le 6 mars des enseignants de Haute-Garonne, manifestations en février dans le Loir- et-Cher… rassemblements lors du CDEN dans la Nièvre, le Rhône… ou devant l’IA en Seine St Denis… occupation de l’inspection académique à Paris, et un peu partout de nombreux rassemblements dans les écoles touchées par une fermeture.

 

23 visiteurs en ce moment

*Top


- SNUipp 65 BP 841 65008 Tarbes cedex

- tel 05 62 34 90 54

- fax 05 62 34 91 06

-  email : snu65@snuipp.fr

n’hésitez pas à nous envoyer vos questions par écrit, vous garderez ainsi une trace des réponses que nous vous aurons adressées.


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 65, tous droits réservés.