www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 65

30 mai 2007

Compte-rendu de la réunion du Collectif des Psychologues

29 mars 2007

Le projet de circulaire sur les missions des psychologues de l’EN

La nouvelle mouture de la circulaire sur les missions pour laquelle le SNUipp avait fait des propositions d’amendements n’a pas été adressée aux syndicats et le passage au Consil Supérieur de l’Education du 2 avril n’est pas prévu. Nous avons appris par M.Gachet, responsable du groupe dit "d’experts" que le projet de texte a été remis à la DESCO, au cabinet du ministre. Pour la suite, pas d’informations supplémentaires.

Nous sommes donc dans l’expectative. Nous ne savons pas si nos amendements ont été retenus. Le SNUipp définira sa position au moment du passage au CSE (s’il y a lieu) en fonction du texte présenté par le ministère.

La majorité des collègues rencontrés lors du premier trimestre a relevé des points positifs, comme la reconnaissance transversale du métier de psychologue ("psychologues de l’EN") mais ne veut pas intervenir dans le second degré en remplacement des COPsy à qui l’on ne reconnaît plus les missions de psychologue (diminution drastique des recrutements cette année, rapport Chauvet-Lunel qui ne parlent que de "personnles d’orientation"). Sans remise à plat des statuts, sans constitution d’un service de psychologie de la maternelle à l’université, il n’est pas question de rentrer dans les stratégies gouvernementales : donner un titre qui fait plaisir, sans rien changer sur le statut, écarter nos collègues du second degré et les faire remplacer par les psychologues du premier degré.

Le groupe des 6

L’UNSA a rejoint le groupe qui comprend la SFP Société Française de Psychologie), l’AFPS (Association Française de Psychologie Scolaire), l’ACOP-F (Association des COPsy), le SNES et le SNUipp. Le SNP n’assiste plus aux réunions cette années pour des problèmes de manque de budget. Une audience au ministère a été demandé en janvier, pas de réponse. Un courrier a été adressé aux candidats à la présidentielle rappelant les revendications (sauf au candidat du Front National).

Un ordre des psychologues ?

Une harmonisation européenne des diplômes de psychologie est en cours. Un diplôme européen de psychologie Europsy sera proposé en 2010 : 5 ans d’études + 1 année de stage, formation qui devra être "reconnue" par une organisation de pairs. Europsy est aussi une fédération d’associations eropéennes de psychologie (ancienne FEAP) qui doit travailler à ce projet. La FFPP (fédération française des psychologues et de la psychologie) en fait partie et serait l’association qui habiliterait et deviendrait une instance disciplinaire. Il existe aussi un réseau européen de psychologues de l’éducation, NEPIES, qui ne reconnaît qu’une organisation par pays. L’AFPS pourrait en faire partie.

En parallèle, en France, des débats s’engagent sur la création d’un ordre des psychologues. Ce qui pose problème :

- le concept d’ordre, instance disciplinaire : quelle articulation avec la justice qui, elle, fait vivre la loi ? Les ordres ont rarement été progressistes (cf. position de l’ordre des médecins par rapport à l’avortement, à l’euthanasie ou aux manquements aux devoirs professionnels avec les patients CMU,…).

- l’ordre impose de payer pour travailler : quand on est fonctionnaire, on n’a pas à payer pour travailler. La position salariée n’ets pas la position libérale.

- le diplôme universiataire donne le titre, reconnaît la qualification : le rôle de l’université serait amoindri puisque c’est l’ordre qui donne l’autorisation d’exercer.

- l’ordre court-circuite les représentations syndicales. En France, l’originalité des syndicats est que la défense stricte des salariés s’accompagne d’une implication dans la transformation, l’amélioration des pratiques professionnelles, par des propositions fortes en matière de formation, de projet éducatif, de projet social plus global. L’ordre a vocation à dicter les bonnes pratiques et à définir la formation continue des personnels. L’ordre peut représenter une manne financière pour certaines associations, en plus de pouvoirs supplémentaires. Mais certaines organisations de psychologues s’opposent avec virulence à l’ordre. Est-ce aux pairs d’exercer des sanctions disciplinaires.

L’ordre s’appuie sur un code de déontologie. Aujourd’hui, le code actuel qui n’a pas de valeur juridique est en cours d’actualisation. A la SFP (à laquelle a adhéré le SNUipp), deux xommissions en parallèle ont été mises en place récemment, l’une sur la révision du code, l’autre sur l’ordre. Le collectif décide de participer à ces deux commissions et de lancer le débat dans la profession. Des contacts avec les autres syndicats FSU (psychologues de la PJJ, SNU CLIAS territoriaux, infirmiers EN opposé à l’ordre infirmier) mais aussi avec d’autres organiastions de médecins opposés à l’ordre sont envisagés.

 

58 visiteurs en ce moment

*Top


- SNUipp 65 BP 841 65008 Tarbes cedex

- tel 05 62 34 90 54

- fax 05 62 34 91 06

-  email : snu65@snuipp.fr

n’hésitez pas à nous envoyer vos questions par écrit, vous garderez ainsi une trace des réponses que nous vous aurons adressées.


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 65, tous droits réservés.