www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 65

7 février 2014

Vincent Peillon a bien envisagé le gel de l’avancement des fonctionnaires

Le ministre de l’Éducation a bien eu l’intention de geler l’avancement des fonctionnaires. L’information révélée par certains quotidiens mercredi soir et démentie quelques heures plus tard par Vincent Peillon, est fondée. Un journaliste de France Info l’a entendu de la bouche du ministre mercredi midi. Explications. le Jeudi 6 Février 2014 à 13:59 Par Isabelle Chaillou, Olivier de Lagarde
PNG - 3.2 ko
logo france info

Vincent Peillon a-t-il l’intention de geler l’avancement des fonctionnaires du ministère de l’Éducation ? L’intéressé a démenti jeudi matin sur France Info. Mais, mercredi midi, lors d’un déjeuner avec quelques journalistes, il avait bien fait part de ce projet.

Pendant le repas, la question de l’impact sur son ministère des économies imposées par la réduction du train de vie de l’État. A l’interrogation de nos confrères, le ministre de l’Éducation répond : "Pour trouver 50 milliards, on va pas pouvoir se contenter d’économies de gomme et crayon." Et il annonce que, samedi, au Conseil stratégique de la dépense publique, il proposera de geler les avancements de carrière des fonctionnaires.

Face à la surprise des journalistes, la conversation s’engage. Vincent Peillon explique alors que "c’est une question de courage politique" et se dit "prêt à assumer" face aux millions de fonctionnaires qui travaillent à l’Éducation Nationale.

Entre 600 et 800 millions d’euros d’économies

Des calculs ont d’ailleurs été réalisés par les services financiers de son ministère, ce que confirme le directeur de cabinet. L’économie est estimée à entre 600 et 800 millions d’euros, par an, pour l’Éducation Nationale. Avant que la conversation ne s’engage sur un autre sujet, la responsable de la communication de Vincent Peillon rappelle à Olivier De Lagarde que cette conversation d’une vingtaine de minutes est off, autrement dit pas destinée à être publiée.

Jeudi midi, le ministère de l’éducation Nationale a réaffirmé le démenti de Vincent Peillon. Au ministère de la fonction publique, on ne fait pour l’instant aucun commentaire. Il faut dire que la question est explosive puisque, le point d’indice qui sert de base à la rémunération des fonctionnaires, est gelé depuis 2010.

Évidemment, mettre sur la table le gel de l’avancement, des promotions automatiques des fonctionnaires, c’est quasiment un casus belli avec les syndicats. Reste que, comme le rappelait Vincent Peillon mercredi midi à ce déjeuner, le gouvernement veut faire 50 milliards d’économies d’ici la fin du quinquennat. Le ministère du Budget a d’ailleurs commencé à recevoir les différents ministres, pour qu’il fasse des propositions. Vincent Peillon a d’ailleurs été reçu mercredi par Bernard Cazeneuve pour parler des économies à venir.

Pour faire des économies, le ministre de l’Éducation, comme ses collègues des autres ministères, doit passer en revue toutes les dépenses, et les évaluer. Dans un rapport datant du mois de juin 2013 sur les finances publiques, la cour des Comptes estimait que geler les avancements automatiques des fonctionnaires pourrait représenter une économie d’1,2 milliards par an.

http://www.franceinfo.fr/actu/vincent-peillon-a-bien-envisage-le-gel-de-l-avancement-des-fonctionnaires-1308425-2014-02-06 Par Isabelle Chaillou, Olivier de Lagarde

 

41 visiteurs en ce moment

*Top


- SNUipp 65 BP 841 65008 Tarbes cedex

- tel 05 62 34 90 54

- fax 05 62 34 91 06

-  email : snu65@snuipp.fr

n’hésitez pas à nous envoyer vos questions par écrit, vous garderez ainsi une trace des réponses que nous vous aurons adressées.


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 65, tous droits réservés.