www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 65

13 mai 2013

communiqué de la Fédération de la Libre Pensée sur la refondation de l’Ecole et la réforme des rythmes scolaires

Refondation de l’École et rythmes scolaires

L’objectif des refondateurs :

« l’École doit accompagner les mutations socio-économiques, technologiques et institutionnelles »

(Rapport de compte rendu de la concertation sur la « refondation de l’École » p. 23)

À la suite de la concertation nationale sur la « refondation de l’École de la République » à laquelle avaient été associés le MEDEF, le Secrétariat général de l’Enseignement catholique et le Secours catholique, le gouvernement a présenté, le 23 janvier 2013, un projet de loi d’orientation et de programmation, dit de « refondation de l’École », et promulgué, le 24 janvier 2013, un décret relatif à l’organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires.

Le rapport national « Refondons l’École de la République » avait précisé (p. 29) que « la concertation a inscrit sa réflexion dans le cadre du nouvel acte de la décentralisation » ; sous couvert de « réussite des élèves », le projet de loi de refondation dont la modification des rythmes scolaires est un élément majeur vise effectivement à poursuivre et tenter de mener à son terme le processus de dénationalisation de l’Enseignement public engagé depuis près de quatre décennies.

Cet objectif vient de loin. La bourgeoisie française a tiré les leçons des situations révolutionnaires de juin 1936 et de la Libération : l’École républicaine, instrument d’émancipation intellectuelle, est un facteur de l’émancipation sociale, et en cela un danger pour l’ordre établi, tandis que les qualifications qu’elle dispense renchérissent le coût du travail, ce qui est insupportable au patronat et aux marchés financiers, bien évidemment.

Le régime de Vichy avait supprimé les Écoles Normales d’Instituteurs, rétabli les devoirs envers Dieu, dénoncé « l’encyclopédisme »… Dès son avènement, avec la loi Debré du 31 décembre 1959 de financement des écoles privées, la Vème République remet en selle l’enseignement catholique alors en perdition tandis que l’enseignement public va subir contre-réforme sur contre-réforme, gouvernement après gouvernement, dans une continuité sans faille pour le transformer et le conformer aux besoins du capital. (…) lire la suite en pdf joint.

 

8 visiteurs en ce moment

*Top


- SNUipp 65 BP 841 65008 Tarbes cedex

- tel 05 62 34 90 54

- fax 05 62 34 91 06

-  email : snu65@snuipp.fr

n’hésitez pas à nous envoyer vos questions par écrit, vous garderez ainsi une trace des réponses que nous vous aurons adressées.


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 65, tous droits réservés.