www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 65

15 mars 2013

réforme de la formation des enseignants.

courrier d’André Ouzoulias.

Chers collègues et amis,

Sylvestre Huet, journaliste scientifique du quotidien Libération, a mis en ligne mercredi soir, sur son blog "Sciences2", une nouvelle tribune du "Groupe reconstruire la formation des enseignants" (GRFDE) intitulée : "M. PEILLON, ABANDONNEZ LE TRÈS MAUVAIS PROJET ACTUEL. VOYEZ GRAND, FAITES LA RÉFORME QUI EST ATTENDUE !" Le texte intégral de cette importante tribune peut être téléchargé ici : http://sciences.blogs.liberation.fr/files/grfde-tribune-huet2.pdf (fichier en PDF joint).

Dans ce texte, le GRFDE analyse de manière très précise les conséquences du projet que semble retenir le gouvernement (deux années de master avec concours en fin de M1). Il y pointe notamment :
- le risque très sérieux d’un affaissement de la formation académique,
- celui d’une qualification didactique et pédagogique superficielle,
- la disparition de la recherche (des ersatz de masters),
- le maintien de la crise du recrutement,
- celui d’une masse de "reçus-collés",
- la mise en place d’un système ubuesque où il y aurait deux masters, un master "gagnants" (pour les reçus), un master perdants (pour les collés) et deux dispositifs de formation en M2,
- le tout pour un coût très élevé (bien supérieur à celui du projet du GRFDE). Il critique la croyance dans les vertus formatrices des épreuves dites "professionnelles" qui sont envisagées pour les prochains concours.

Mais il définit finalement quelques grands axes autour desquels pourraient se re-construire vraiment la formation des enseignants dévastée par la politique de la droite. Grâce à une formation rémunérée d’une durée de 3 ans, affranchie de tout bachotage, ce dispositif permettrait de travailler dans la durée les articulations nécessaires entre apprentissages académiques, disciplinaires, didactiques et pédagogiques dans le cadre d’une alternance progressive, comportant des stages dès le début du M1 (d’abord en observation, bien sûr), dans un cadre universitaire adossé à la recherche. Ces axes pourraient former la base d’un consensus entre tous les acteurs de la formation des enseignants, tant ceux qui sont légitimement attachés à la qualité de la formation académique et disciplinaire, que ceux qui veulent aider les enseignants à se donner la formation didactique et pédagogique qu’exige l’objectif central d’une école de l’égalité.

Le lien vers cette tribune fait partie d’un article de Sylvestre Huet sur les amendements du GRFDE au projet de loi Peillon concernant la formation des enseignants : http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2013/03/loi-peillon-les-amendements-du-grfde.html qui ont été mis en ligne par la Café pédagogique lundi dernier : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2013/03/11032013Article634985735999837759.aspx

Je rappelle que le GRFDE est un collectif autonome regroupant désormais un peu plus de 200 chercheurs, formateurs et militants pédagogiques. Le texte programmatique, qui fait fonction de "manifeste", est ouvert à la signature de ceux qui se reconnaissent dans ses grandes lignes. Plus d’informations ici : http://grfde.eklablog.com

Bien cordialement, André Ouzoulias, professeur agrégé honoraire de l’Université de Cergy-Pontoise (IUFM), formateur d’enseignants (psychopédagogie), directeur de la collection "Comment faire" (coédition CRDP de l’Académie de Versailles-Retz),

 

3 visiteurs en ce moment

*Top


- SNUipp 65 BP 841 65008 Tarbes cedex

- tel 05 62 34 90 54

- fax 05 62 34 91 06

-  email : snu65@snuipp.fr

n’hésitez pas à nous envoyer vos questions par écrit, vous garderez ainsi une trace des réponses que nous vous aurons adressées.


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 65, tous droits réservés.