www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 65

21 février 2013

Psychologue du socle : c’est NON !

Psychologues scolaires : l’UNSA quitte le groupe dit des 7 pour revendiquer un psychologue du socle.

Au moment où le ministère fixe une priorité pour l’école primaire, deux syndicats de l’UNSA (SE et SNpsyEN) ont annoncé sur leurs sites qu’ils revendiquaient désormais que le psychologue du 1er degré aille travailler aussi en collège dans le cadre d’un « socle commun repensé » : « le psychologue du socle, c’est maintenant ! » titrent-elles.

Déjà, en septembre 2012, une dépêche de presse nous informait que le SNpsyEN-UNSA avait demandé au ministre une évolution des champs d’intervention des psychologues du 1er degré vers le collège pour faciliter la liaison CM2-6ème et accompagner les enfants à besoins éducatifs particuliers.

Le 19 décembre 2012, le SNUipp-FSU avait rencontré le SE et le SNPsyEn-UNSA, à la demande de ces derniers. Des divergences ont été relevées. Si le SNUipp est favorable à une amélioration de la liaison CM2-6ème, il souhaite que soient maintenus les champs d’intervention différenciés du 1er et du second degré. Par ailleurs, cette demande d’intervention en collège n’a jamais été sollicitée par les collègues lors des nombreuses rencontres avec la profession.

Pour le SNUipp, le psychologue est d’abord au service des enfants, des équipes et des parents, pas d’un socle qui ne concerne ni l’école maternelle ni les lycées généraux, technologiques et professionnels. Avant 6 ans et après 16 ans, les enfants et les jeunes n’auraient-ils plus droit à l’accès à un psychologue de l’Education nationale ? La mise en oeuvre du socle fait l’objet de débats importants et ne recueille pas de consensus. Le SNUipp et la FSU sont opposés à une distinction entre des contenus définis par des programmes à acquérir pour certains et des contenus définis par le socle pour les autres.

La FSU et ses syndicats de l’EN revendiquent un service de psychologie de la maternelle à l’université, avec des psychologues reconnus statutairement, en respectant les champs d’intervention actuels (1er, second degrés, université). C’est ce qui fait consensus avec les autres organisations de psychologues de l’EN (groupe des 6).

Dans le 1er degré, il est important de préserver le travail des psychologues des écoles en maternelle et de les associer au développement de toutes les liaisons (GS-CP ; CM2-6ème). Pas question de polariser le travail des psychologues sur le passage en collège qui, pour les élèves entrant dans l’adolescence, correspond à une attente comme une nouvelle étape de vie et de développement. Le changement de structure n’est pas obligatoirement un traumatisme. Oui à l’amélioration de la liaison CM2-6ème ! Non à la modification des champs d’intervention qui écarterait nos collègues conseillers d’orientation-psychologues de leur travail en collège !

La position du SNpsyEN-UNSA et du SE est problématique au moment où nous espérons que le ministère remette à plat le recrutement et les missions des psychologues des écoles. Il s’agit d’une revendication discutée directement avec le cabinet de V. Peillon lors d’une audience en septembre, à un moment où la fermeture des CIO et le transfert des COP vers les régions font l’objet de résistances fortes de la part du SNES et de la FSU.

Lors de la réunion du groupe des 7 en janvier 2013, le SNPsyEN-UNSA a annoncé son retrait du groupe.

Vous trouverez en pdf joints :
- l’article paru sur les sites du SE et du SNPsyEN-UNSA, intitulé le psychologue du socle, c’est maintenant !
- le communiqué commun des 6 organisations (ACOP-F, AFPEN, SFP, SNES-FSU, SNP, SNUipp-FSU)
- le communiqué du SNUipp.

 

16 visiteurs en ce moment

*Top


- SNUipp 65 BP 841 65008 Tarbes cedex

- tel 05 62 34 90 54

- fax 05 62 34 91 06

-  email : snu65@snuipp.fr

n’hésitez pas à nous envoyer vos questions par écrit, vous garderez ainsi une trace des réponses que nous vous aurons adressées.


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 65, tous droits réservés.