www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 65

7 janvier 2013

courrier du 1er Ministre au Président de l’AMF sur les rythmes scolaires

billet d’humeur par joëlle noguère.

Ce courrier (cf pdf joint) appelle un certain nombre de réactions de ma part :

- "Cette réforme est très attendue du fait d’un consensus largement partagé" : en effet, la nécessité d’une réforme des rythmes est très largement partagée, mais il en va différemment de cette réforme. L’amélioration visée étant un rééquilibrage de la journée et de la semaine scolaires pour les enfants, nous ne voyons pas une amélioration sensible de celles-ci. En effet, les rythmes et conditions de vie des élèves étant largement contraints par les rythmes et conditions de vie de leurs parents, il y a fort à parier que la réduction du temps d’enseignement se traduira par une augmentation du temps péri-scolaire pour les élèves. Cette réforme modifiera seulement l’organisation entre temps scolaire et temps péri-scolaire. Le volume global du temps passé en collectivité pour les enfants ne devrait pas être substantiellement modifié.

- Ce transfert de temps va conduire les élèves à passer moins de temps avec des professionnels formés et dont le travail est contrôlé par l’Etat (les enseignants), et davantage avec des personnels dont les statuts, les formations et le travail sont pour le moins hétéroclites. Quel sera le bénéfice du point de vue qualitatif pour les élèves ?

- Les collectivités locales n’ont ni les mêmes moyens, ni les mêmes motivations pour améliorer la qualité de la prise en charge des enfants en dehors du temps scolaire, et parfois même cela se traduit par une dégradation des moyens attribués à l’école (exemple : personnels municipaux absents, remplacés pendant le temps péri-scolaire et non pendant le temps scolaire dans la même journée d’école …)

- L’aide financière précisée dans le courrier, interroge quant à sa capacité à répondre aux besoins des collectivités : entre 50 et 90 euros par élève. Il n’est pas précisé s’il s’agit d’une dotation mensuelle ou annuelle … Sachant que les taux d’encadrement pour les enfants de moins de 6 ans sont d’un adulte pour 8 enfants maxi, et d’un adulte pour 12 enfants maxi s’ils ont plus de 6 ans … faites les comptes.

- C’est pourquoi le 1er ministre envisage d’assouplir les normes d’encadrement pour les Centres de Loisirs Sans Hébergement … Moins d’adultes, pour plus d’enfants, où est le progrès ?

- "Enfin, j’ai demandé (…) pourront notamment prévoir que les activités éducatives soient proposées aux enfants dans le prolongement de la pause méridienne de façon à simplifier l’organisation du service des agents à qui vous en confierez la responsabilité" : et voilà, le temps de classe passe après le temps péri-scolaire !!! formidable … L’heure de la reprise des classes l’après-midi sera donc conditionnée aux contraintes d’organisation des collectivités territoriales. Rien ne garantit donc que les classes se termineront à 16h30 … Mais surtout, les élèves retourneront en classe après avoir été "activés", "animés", voire "agités" par des agents qui feront "ce qu’ils pourront, avec les moyens (formation ou pas) qu’ils auront" … Ceux d’entre vous qui connaissent déjà ce genre d’alternance savent de quoi je parle. Entre les activités karaoké, maquillage, pompom girls et autres avatars de la "culture marchande", la France peut être tranquille : les progrès seront fulgurants et remarquables …

- Evidemment, les enseignants gardent la possibilité d’intervenir pendant le temps péri-scolaire (ce qui arrangera bien les mairies démunies) : c’est désormais le règne du "travailler plus mais moins bien, pour ne gagner … guère plus".

- pour conclure : ce sont encore les élèves et les enseignants qui vont payer les pots cassés d’une réforme qui n’a aucun sens du point de vue éducatif. Les parents d’élèves n’auront plus à payer le centre de loisirs le mercredi matin. Ce sont les enseignants, ces honteux privilégiés, qui seront dorénavant contraints de payer les nounou, crèche ou halte-garderie. Tant qu’à ne rien arranger, autant que cela se dégrade pour tout le monde, ce n’est que justice.

 

45 visiteurs en ce moment

*Top


- SNUipp 65 BP 841 65008 Tarbes cedex

- tel 05 62 34 90 54

- fax 05 62 34 91 06

-  email : snu65@snuipp.fr

n’hésitez pas à nous envoyer vos questions par écrit, vous garderez ainsi une trace des réponses que nous vous aurons adressées.


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 65, tous droits réservés.