www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 65

7 février 2007

Quelques éléments de compte-rendu du dernier CA de l’IUFM (vendredi 2 février 07)

A l’ordre du jour en particulier : budget 2007, frais de déplacements, effectifs 2007-08, candidatures en 1ère année et procédure d’affectation des PE1, présentation du cahier des charges de l’IUFM

Budget

Une année transitoire, entre attente de l’intégration à l’Université, mise en oeuvre du nouveau cahier des charges, attente du nouveau plan quadriennal. Choix d’ouverture d’une augmentation du nombre de PE1, avec l’ouverture d’une prépa à Albi. Axes budgétaires abordés : accroissement des échanges internationaux, place des TICE, formation de formateurs, recherche, reconnaissance formation en termes de LMD, doumentation et culture, vie étudiante, le patrimoine…

La FSU est intervenue pour s’inquiéter d’une dotation globale de fonctionnement en stagnation, alors que les charges pesant sur l’IUFM sont en forte croissance : citant notamment les frais de déplacements des stagiaires et formateurs avec le stage filé, et la compensation partielle de la baisse de la dotation horaire du ministère pour la formation continue 1er degré (cette année l’IUFM avait assumé sur ses fonds propres une partie (2000h) de la chute de 8600 à 3600h de la dotation). La FSU a également interrogé le directeur sur les choix qui seraient faits concernant la formation continue l’an prochain, ainsi que sur ceux concernant les nouveaux stages PET1 et T2. Comment l’IUFM va-t-il pouvoir assumer de telles charges sans moyens nouveaux ? Suite à des retours de stagiaires, nous avons aussi posé des questions au sujet de l’aide sociale (30 000 euros) en partie non utilisée (25 dossiers seulement, n’y-a-t-il pas un problème d’information ?), ainsi que sur le manque d’ouvrages disponibles au prêt dans les bibliothèques sur certains sites.

Réponses :
- concernant la formation continue : l’état reconnaît actuellement 10,8heures d’enseignement par PE2 à l’IUFM. L’an prochain, l’IUFM sera contraint de ramener ses prestations à ce chiffre (selon Mr Valade "moins catastrophique que les 8 h/PE2 envisagées"). 50 heures seront bien prises sur le budget IUFM pour assurer la formation PET1 T2.
- Mr Bru propose la réactivation ou la création d’une commission pour travailler sur la vie sociale (aides…)
- Mme Foulon ajoute qu’une partie des difficultés viendrait d’un retard de traitement des dossiers par le CROUS.
- En ce qui concerne la documentation et les ouvrages, Mr Bru partage notre souci de bilbliothèques bien fournies ; on nous signale que Mr Caudron a redistribué une partie des crédits aux sites à cette fin notamment.

A une question sur le nombre réduit de formateurs des 1er et 2nd degré dans le dispositif, Mr Valade mentionne que les 172 PEIMF de l’académie, devant chacun 118h à l’IUFM, ne sont pas pris en compte dans le document, relevant d’une gestion IA. Mr Bru répond sur les nécessaires exigences du "métier" de formateur. Problème en France pour trouver de véritable critères sur la professionnalité des formateurs. Le Recteur ajoute qu’il y aura en mars un séminaire rectorat/ IUFM pour mettre à plat les modalités de mises en oeuvre du cahier des charges de l’IUFM.

- Frais de déplacements : La FSU est intervenue à nouveau pour exposer les difficultés des stagiaires (relayé par un autre membre du CA pour les formateurs) en ce qui concerne les retards de paiement des frais de déplacement, particulièrement en cette année de mise en oeuvre du stage filé qui occasionne des frais importants. (remarque : nous avons écrit dernièrement à Marc Bru à ce sujet) Un document sur les nouvelles modalités de remboursement après application du décret du 3 juillet 06 a été publié.

Réponses :
- Mme Foulon explique que les modalités sont les mêmes chaque année et que les mises en paiement se font habituellement à partir de janvier. Les remboursements devraient intervenir rapidement désormais…
- Mr Bru, tout en souhaitant que cette question n’accapare pas tout le débat, reconnaît que, vu le nombre et la diversité des remontées, il y a problème à ce sujet. Il "n’a pas encore tous les éléments d’analyse" mais "il y aura une solution" aux difficultés. Il ajoute que la situation est transitoire, puisqu’après intégration, les règles seront les mêmes que pour toute l’université.

Les représentants des personnels soulèvent alors le problème du remboursement des usagers dans ce cadre (il n’y a pas de stagiaires à la fac !). "Cette situation sera à prendre en compte lors des discussions sur l’intégration."

Effectifs

La FSU intervient pour dénoncer la baisse masssive des recrutements 2nd degré dans certaines académies annoncée par le ministre lors d’une entrevue avec le SNES. Notre académie serait concernée et cette baisse interviendrait à hauteur de 50% !!

Concernant le concours PE :
- baisse de la pression liée à une baisse du nombre de stagiaires.
- 5000 candidats il y a quelques années, 1800 à 2000 seulement cette année. Au cours de la discussion de ce point, un échange nourri oppose les représentants du SE et du SNuipp sur la question des dotations en moyens au niveau de la carte scolaire

Procédure candidature PE1

- Modification sur les tests : une épreuve d’écrit court est introduite, aux côtés du QCM et du dossier. Cette épreuve comptera pour 35% de la note finale, le QCM pour 50%, le dossier pour 15%. Suite à une motion déposée en cours de CA par le SE et votée à la majorité relative, la limitation des choix à un seul des sites pour ce qui concerne les propositions d’affectation des candidats, est supprimée. Selon l’administration cela va poser des problèmes de mise en oeuvre. Un groupe de travail se réunira sur le sujet. La décision de ne pas prendre de redoublants (excepté les cas médicaux) à l’issue de la PE1 est un choix "politique" du Conseil d’UP, lié au nombre important d’étudiants et à la volonté de préserver le maximum de possibilités d’accès à la préparation.

Point d’information sur le cahier des charges

Après présentation du recteur et du directeur, et malgré l’heure très tardive, la FSU intervient pour faire part de ces inquiétudes, et dénoncer certains aspects du cahier des charges :
- problème de méthode tout d’abord : passage en force et rapide du texte malgré avis négatif du CSE
- interventions syndicales qui ont permis de rétablir l’année de prépa au concours, la prise en compte des enseignants formateurs dans l’évaluation des stagiaires, la suppression du rôle évaluateur des directeurs d’écoles, et la mention de l’aspect professionnel du concours.
- pas de reconnaissance formation au niveau master (ECTS insuffisants)
- manque d’ambition global
- inquiétudes sur la place du mémoire dans la formation : doit être clairement réaffirmée
- problème de la pérennisation du stage filé sans augmentation du volume horaire global de la formation (voire même avec diminution vu les stages PET1 T2) et sans moyens nouveaux d’accompagnement : remise en cause de l’équilibre théorie -pratique ; pas de réflexion sur la nécessaire inflexion de l’articulation du stage avec les apports théoriques…
- manque de moyens de pilotage des IUFM intégrés aux universités.
- une formation trop orientée vers la "technicisation" et le "tutorat"…

Voilà pour l’essentiel d’un CA qui s’est terminé vers 14h !!

Pour le SNUipp Christian Bellinguer (SNUipp31)

 

23 visiteurs en ce moment

*Top


- SNUipp 65 BP 841 65008 Tarbes cedex

- tel 05 62 34 90 54

- fax 05 62 34 91 06

-  email : snu65@snuipp.fr

n’hésitez pas à nous envoyer vos questions par écrit, vous garderez ainsi une trace des réponses que nous vous aurons adressées.


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 65, tous droits réservés.