www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 65

Documents joints

21 juin 2012

réforme de la formation initiale : il y a urgence !

la 3ème génération d’enseignants sacrifiés sur l’autel du libéralisme vient d’achever les épreuves du CRPE.

nous accueillerons, enfin certaines écoles accueilleront, 10 PEStagiaires à la rentrée 2012. Le DASEN ayant estimé que le nombre de PEMF et de CPC ne permettait pas d’assurer l’accompagnement d’un groupe de PES plus important pendant l’année scolaire 2012/2013.

- en pdf joint la liste des écoles sur lesquelles ils seront affectés.

Le SNUipp.FSU, qui s’est opposé dès le départ à la suppression de la formation initiale des nouveaux enseignants, réitère ses arguments en faveur du rétablissement d’une formation initiale de qualité à la fois pour les personnels que l’on jette dans le grand bain sans leur avoir appris à nager, pour les collègues qui doivent les accompagner au jour le jour dans les écoles, et pour les élèves qui leur sont confiés.

Le seul coupable de gâchis délibéré ? l’aveuglement idéologique qui a présidé à cette décision inique.

Le SNUipp.FSU le répète : enseigner est un métier, et un métier cela s’apprend !!! En formation initiale, et en formation continue. Ce chantier doit être une priorité absolue du ministère.

Mais cela semble échapper à notre recteur et à notre DASEN qui ont décidé de continuer leurs petites expériences "in vivo". 20 collègues directeurs d’écoles élémentaires, se verront déchargés pour une bonne partie de l’année, par des étudiants en Master 2. Qu’importent les difficultés qu’ils éprouvent déjà avec un seul jour de décharge pour assurer les tâches sans cesse alourdies que le pilotage du système éducatif leur impose. Il va falloir qu’ils se satisfassent d’une succession de remplaçants avant que les étudiants puissent prendre la classe, puis renoncer à pouvoir faire ce qu’ils ont à faire (équipes éducatives, ESS, lire, répondre, recevoir, téléphoner, organiser, …) car ce qui les caractérise avant tout, c’est qu’ils sont des enseignants, soucieux de la qualité de leur enseignement et de la réussite de leurs élèves. Ils vont donc une nouvelle fois prendre sur eux et sur leur temps libre (de moins en moins libre) et aider ces jeunes. Puis en fin d’année, ils auront à nouveau une succession de remplaçants qui prendront la suite des étudiants.

Cette idée extravagante démontre une seule chose : la méconnaissance complète du travail d’un directeur d’école, et le fossé qui se creuse entre ceux qui pilotent et ceux qui conduisent.

Les directeurs désignés involontaires ont clairement exprimé tous les ravages que ce dispositif va générer. Ils ont unanimement exprimé leur stupeur et leur refus lors de la réunion intersyndicale qui s’est tenue mardi 19 juin, alors que la liste finale n’était dévoilée que le 18 au soir.

L’intersyndicale du 1er degré s’oppose aussi unanimement à ce protocole "moderne et innovant". Aider les étudiants à financer leurs études est légitime : la seule façon correcte et équitable de le faire est de leur accorder des bourses et du temps, dans le cadre d’une formation diplômante débouchant sur une formation professionnelle de qualité. Sacrifier le fonctionnement des écoles au nom de la bonne cause est irresponsable et inacceptable. C’est ce que nous dirons au DASEN et au recteur quand nous les rencontrerons.

- en pdf joint la liste des écoles concernées.

 

53 visiteurs en ce moment

*Top


- SNUipp 65 BP 841 65008 Tarbes cedex

- tel 05 62 34 90 54

- fax 05 62 34 91 06

-  email : snu65@snuipp.fr

n’hésitez pas à nous envoyer vos questions par écrit, vous garderez ainsi une trace des réponses que nous vous aurons adressées.


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 65, tous droits réservés.