www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 65

3 mai 2012

Le lâche « solagement » de Sarkozy et de ses marquis


- article de Christian Carrère pour la Marseillaise.
Ou bien Nicolas Sarkozy est daltonien. Ou bien il n’a jamais vu de défilé syndical unitaire. Ce n’est pourtant pas faute d’en avoir provoqués durant son quinquennat. En ce premier mai 2012, les manifestants d’alors ont donc ressorti leurs drapeaux. Rouges pour la CGT. Quadricolores – vert, bleu, jaune, rouge - pour la FSU. Bleus pour l’Unsa. Oranges pour la CFDT. D’autant de couleurs qu’elle compte de syndicats Sud, pour l’Union syndicale Solidaires. De quoi faire perdre le nord au sortant qui n’y a vu que du rouge. Au point que l’ennemi juré de ces 35 heures « d’où nous vient tout le mal », en oublie son « travailler plus pour gagner plus » pour saluer Léon Blum et les premiers congés payés. Ignorant sans nul doute que cette avancée sociale qui ne figurait pas dans le programme de front populaire fut arrachée au patronat par les puissantes grèves qui ont prolongé la victoire électorale de la gauche. Restait au gouvernement et à la majorité à l’inscrire dans la loi. Tout aussi intolérable la tentative de s’approprier l’héritage de Jaurès. Celui qui aida le syndicaliste Calvignac à ravir au Marquis de Solages, le patron de la mine qui l’avait licencié, la mairie de Carmaux, à la tête d’une équipe de mineurs et de verriers. Syndicalistes de surcroît. Et ce n’est pas par confusion des genres que les deux syndicats alors existants, la CGT et la CFTC ont participé ès qualité, à la constitution du Conseil national de la Résistance, et y ont siégé aux côtés des partis politiques et des mouvements de Résistance dont le Front national, initié par le parti communiste, dont l’extrême droite le peniste usurpe aujourd’hui le nom et le prestige. C’est la même CGT clandestine qui désigna pour la représenter, toujours ès qualité, à la commission consultative du gouvernement d’Alger, le métallo Ambroise Croizat. Il deviendra ministre du général de Gaulle. Un vrai travailleur au Travail et à la Sécurité sociale dont il signa l’acte de naissance. Que Xavier Bertrand ministre des vrais déremboursements découvre le premier mai avec son maître à penser, pourquoi pas ? Poutine l’a bien célébré en même temps qu’eux. Cela ne leur donne pas le droit d’insulter les centaines de milliers de manifestants contre l’austérité, le racisme et la xénophobie. Leur lâche « solagement » ne mérite que la sanction des urnes. Comme à l’époque de Jaurès et Calvignac.

 

33 visiteurs en ce moment

*Top


- SNUipp 65 BP 841 65008 Tarbes cedex

- tel 05 62 34 90 54

- fax 05 62 34 91 06

-  email : snu65@snuipp.fr

n’hésitez pas à nous envoyer vos questions par écrit, vous garderez ainsi une trace des réponses que nous vous aurons adressées.


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 65, tous droits réservés.